Cours Terminale S

Ce forum est une aide aux révisions du bac S. Il est en cours de construction, merci de me faire partager vos idées pour améliorer ce forum.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Economie, société, et culture en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khast
Admin


Messages : 55
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Economie, société, et culture en France   Sam 5 Déc - 15:47

Economie, société et culture en France


I – La France de l’expansion (1945 – 1973)

1) Les « Trente Glorieuses » (Jean Fourastié)

• Après la Seconde Guerre mondiale, la France a connu trente années d’expansion continue. Le taux annuel moyen de croissance du PIB, qui n’avait été que de 0,7 % de 1913 à 1950, atteint 4,8 % de 1950 à 1970. A l’exemple de l’industrie automobile, le recours au taylorisme et au fordisme se généralise. Les entreprises produisent en grande série des biens destinés à un marché de masse.
• L’augmentation de la production est soutenue par la progression régulière du pouvoir d’achat des Français. En 1952, l’Etat instaure un salaire minimum, indexé sur la hausse des prix. Il augmente les prestations sociales, dont la part dans le revenu disponible des ménages passe de 16,6 % en 1950 à 32,4 % en 1980. L’expansion de l’économie s’est ainsi accompagnée d’une inflation de l’ordre de 5 % par an en moyenne sur la période 1949 – 1973. Les pouvoirs publics donnent alors la priorité à la croissance et au plein emploi plutôt qu’à la lutte contre l’inflation.

2) Un rôle accru de l’Etat dans l’économie

• Au lendemain de la guerre, une nouvelle génération de hauts fonctionnaires, d’hommes politiques et de chefs d’entreprise s’accorde pour faire de l’Etat l’instrument de la modernisation du pays. Ils mettent en œuvre les grandes réformes de structure, qui accroissent l’intervention de l’Etat dans l’économie (nationalisations, planification) et dans le domaine social (Sécurité sociale). La France entre ainsi dans l’ère de la modernité et de l’Etat-providence.
• Le dirigisme s’assouplit sous la Ve République, mais l’intervention de l’Etat reste toutefois déterminante dans certains secteurs stratégiques. Dans le domaine énergétique, l’Etat réoriente l’approvisionnement en faveur du pétrole : la part des hydrocarbures dans le bilan énergétique passe de 18 % en 1950 à 75 % en 1973. Dans l’industrie aéronautique, la France s’illustre par le lancement du Concorde en 1969.

3) La modernisation et l’ouverture de l’économie française

• La société industrielle atteint son apogée en France dans les années 1950 : l’industrie emploie alors plus du tiers des actifs. Les branches les plus anciennes déclinent dans les années 1960 (charbonnages, textile, chantiers navals). La croissance est tirée par les secteurs de pointe (pétrole, chimie, automobile, aéronautique) où la concentration donne naissance à de grands groupes de taille européenne, comme Péchiney ou Saint-Gobain.
• L’agriculture a, elle aussi, adopté des méthodes de production industrielles, par le recours intensif à la mécanisation et par l’introduction de nouvelles méthodes de culture (maïs hybride, sélection des races, engrais). Un actif agricole, qui nourrissait environ cinq Français en 1946, en nourrit plus de trente dans les années 1980. Sous l’impulsion d’une nouvelle génération d’exploitants, l’agriculture accomplit ainsi sa « révolution silencieuse ».
• La croissance économique et la consommation de masse suscitent l’essor du secteur tertiaire. Le premier hypermarché Carrefour est inauguré à Sainte-Geneviève-des-Bois en 1963. Le nombre des hypermarchés passe de 4 en 1965 à 387 en 1979, celui des supermarchés de 600 à 3 500.
• Avec les débuts du Marché commun en 1957, l’économie française sort du protectionnisme. La CEE remplace l’empire colonial comme partenaire privilégié de la France. L’impact du choc pétrolier de 1973 sur la croissance est révélateur de l’insertion croissante de la France dans l’économie mondiale.

II – Crises et mutations de l’économie française depuis 1973

1) La croissance ralentit, les mutations s’accélèrent

• A partir du milieu des années 1970, l’économie française s’enlise dans la stagflation, sous l’effet conjugué de la crise du système monétaire international (1971) et du choc pétrolier (1973). Le ralentissement de la croissance entraîne la montée du chômage qui passe de 3 % de la population active en 1974 à 10 % en 1986.
• La crise accélère les mutations économiques apparues dès les années 1960. Elle frappe d’abord le vieux monde industriel qui s’était édifié depuis la fin du XIXe siècle. Creusot-Loire, grande entreprise métallurgique héritière de l’empire Schneider, sombre en 1984. Le dernier puits de charbon encore en activité dans le bassin minier du Nord-Pas-De-Calais ferme en 1990. L’industrie perd le tiers de ses salariés entre 1974 et 2001.
• Les excédents agricoles et l’épidémie de la « vache folle » contribuent à la remise en cause des méthodes industrielles en agriculture. L’endettement et la chute des cours entraînent la baisse du revenu des agriculteurs (de 10 % en moyenne entre 1973 et 1985). La tertiarisation de l’économie progresse encore : la production de services marchands a été multipliée par cinq entre 1960 et 1995.

2) L’internationalisme de l’économie française se poursuit

• Les deux chocs pétroliers, en 1973 et en 1979, ont brusquement accru le poids des importations et entraîné un déficit de la balance commerciale, qui était régulièrement excédentaire depuis la fin des années 1950. Depuis le contre-choc pétrolier de 1986 et grâce aux économies d’énergie et au nucléaire, la part des importations énergétiques dans les achats à l’étranger a été ramenée de 25 % du total au début des années 1980 à 6 % en 1995.
• L’Europe devient la première destination des exportations françaises (43 % en 1961, 63 % en 1995). Le solde des échanges extérieurs est à nouveau très excédentaire depuis 1992, atteignant le niveau record de 2,8 % du PIB en 1995. Plus que par le passé, la croissance dépend des performances des entreprises françaises à l’exportation. A l’heure de la mondialisation, les grandes entreprises délocalisent une partie de leur production, tandis que les investisseurs étrangers détiennent une part croissante du capital des sociétés françaises.



3) L’Etat face à la crise

• Depuis les années 1970, les politiques économiques ne parviennent pas à restaurer un haut niveau de croissance et d’emploi. En 1981, la politique de relance engagée par la gauche au pouvoir échoue : le déficit commercial se creuse et le franc doit être dévalué à plusieurs reprises. Avec le tournant de la « rigueur », qui amène le gouvernement à bloquer les prix et les salaires en 1982 – 1983, la lutte contre l’inflation devient prioritaire. L’investissement des entreprises et le commerce extérieur se redressent, au prix d’une forte aggravation du chômage.
• L’Etat doit renoncer à une partie de ses moyens d’action sur l’activité économique. Le contrôle des prix et des changes est supprimé en 1986. La politique monétaire est transférée en 1998 à la Banque centrale européenne et l’euro remplace le franc en 1999. Depuis 1986, les privatisations ont fait reculer les poids du secteur public de la sphère productive : en 2002, les entreprises publiques ne représentent plus que 8 % de l’emploi total et 11 % du PIB (contre respectivement 19 % et 25 % en 1985). Parler d’un désengagement de l’Etat serait toutefois excessif : les dépenses publiques représentent encore 53 % du PIB en 2002.

III – Le triomphe du salariat

1) Actifs et inactifs

• La population en âge de travailler, restée stable jusqu’aux années 1960, s’est accrue depuis, avec l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom et l’augmentation du taux d’activité des femmes. La vie active s’est raccourcie à ses deux extrémités, du fait de l’allongement des études et de départs en retraite plus précoces. Depuis les années 1960, la réduction de la durée hebdomadaire de travail et l’augmentation des congés payés ont provoqué une nette diminution de la durée annuelle du travail.
• La part des salariés dans la population active est passée de 65 % en 1954 à 91 % en 2001. Grâce à la protection sociale et à l’augmentation du pouvoir d’achat, les salariés ont gagné une sécurité qu’ils n’avaient pas autrefois. En revanche, le statut des travailleurs indépendants s’est détérioré en raison notamment de l’essor de la grande distribution.

2) Une plus grande mobilité sociale ?

• La structure des catégories socioprofessionnelles a profondément changé depuis les années 1950. La part des actifs agricoles s’est effondrée, de 36 % au lendemain de la guerre à moins de 4 % aujourd’hui. Les agriculteurs se sont mués en chefs d’entreprise. L’exploitation ne fait plus travailler comme autrefois tous les membres de la famille. Depuis les années 1970, un agriculteur sur cinq exerce aussi un autre métier.
• Après la « fin des paysans », on a assisté au « déclin de la classe ouvrière ». Les ouvriers n’occupent plus que 27 % des emplois, contre 40 % au lendemain de la guerre. Jusqu’au début des années 1970, la diffusion du taylorisme a entraîné un recrutement massif d’OS. Depuis la crise, le nombre d’ouvriers non qualifiés a chuté de moitié. La tertiarisation et la féminisation de l’emploi salarié ont provoqué par ailleurs le doublement en 50 ans de la proportion d’employés parmi les actifs. Cette augmentation s’est accompagnée d’une baisse de la qualification des employés (dactylos, employés de banque, caissières de supermarché), très proches désormais des ouvriers.
• La plus forte progression enregistrée depuis la guerre a concerné les cadres et les « professions intermédiaires ». L’essor des classes moyennes salariées a contribué à accélérer la mobilité sociale. Mais si les frontières entre les différents groupes sociaux sont moins nettes et moins étanches qu’autrefois, on constate que les écarts sociaux, en terme de revenus ou de conditions de vie, se sont globalement maintenus.

3) De nouvelles inégalités

• Avec la crise des années 1970, la précarisation du travail s’est accentuée : de 4 % de la population active en 1975, le taux de chômage a grimpé jusqu’à 12 % en 1997 pour ne régresser que légèrement ensuite. Les contrats temporaires de travail (contrats à durée déterminée ou CCD, intérim, temps partiel) représentent désormais un emploi sur dix (un sur trois pour les jeunes de 15 à 29 ans). Les catégories les plus fragiles du salariat (femmes, jeunes, étrangers et ouvriers non qualifiés) en ont été les principales victimes.
• Depuis les années 1980, la croissance du pouvoir d’achat des salaires s’est fortement ralentie. La crise a ainsi interrompu le processus d’égalisation des revenus qui, depuis la guerre, avait contribué à réduire les écarts sociaux. De nouvelles formes d’exclusion sociale ont amené l’Etat à réorienter la lutte contre la pauvreté : le RMI et la CMU ont été créées en faveur des personnes durablement exclues du système de protection sociale.

IV – Familles et générations depuis 1945

1) Du « baby-boom » au « baby-krach »

• La croissance démographique, lente depuis le XIXe siècle, s’est accélérée depuis la guerre. La population française passe de 42 à 59 millions d’habitants de 1950 à 2000. Un quart de cet accroissement s’explique par le solde migratoire et les trois quarts par le solde naturel.
• La France a d’abord connu une forte hausse de la natalité. Cette période, baptisée « baby-boom », se décompose en deux phases, la première intervenant juste après la guerre et la seconde dans les années 1960. La reprise de la natalité correspond alors avant tout à la baisse des comportements malthusiens : la part des couples sans enfant ou à enfant unique diminue fortement. La fécondité a ensuite sensiblement reculé à partir des années 1970. Désormais, les femmes peuvent planifier la venue des enfants. Autrefois, les couples cherchaient à limiter le nombre d’enfants ; aujourd’hui, la médecine aide les couples stériles à en avoir.

2) L’évolution de la cellule familiale

• Le modèle de la famille de deux enfants s’est généralisé. Les familles nombreuses sont plus rares. Si les femmes ont moins d’enfants, c’est notamment parce que l’immense majorité d’entre survivront : la mortalité infantile a considérablement régressé, de 50 pour mille en 1950 à 4,6 pour mille en 2000.
• On observe une élévation de l’âge au mariage, ce dernier intervenant souvent après une première naissance : la proportion de naissances hors mariages passe de 6 % en 1945 à 43 % en 2001. L’augmentation des divorces ne traduit pas un rejet de la famille, mais une nouvelle conception du mariage fondée moins sur les convenances sociales que sur l’amour réciproque des conjoints.
• Si le couple marié avec enfant reste le modèle familial dominant, il n’est plus le seul : 15 % des mineurs vivent aujourd’hui dans un ménage monoparental et 6 % dans un ménage recomposé. Depuis 1999, le Pacte civil de solidarité (PACS) offre une reconnaissance légale aux couples homosexuels.

3) Jeunes et vieux dans la société française

• Les sexes étaient autrefois séparés et les âges mélangés ; c’est aujourd’hui le contraire. La période est marquée par la double invention de l’adolescence et du « troisième âge », qui forment à présent des groupes sociaux autonomes, aux modes de vie spécifiques.
• Entrant plus tard dans la vie active, les jeunes ont cherché depuis la guerre à s’émanciper du contrôle parental. La reconnaissance de l’adolescence comme âge spécifique de la vie est contemporaine du changement radical de la place de l’enfant dans la société. L’éducation familiale vise moins désormais à inculquer des normes strictes (travail, autorité, obéissance), qu’à cultiver l’épanouissement individuel de ses membres.
• Les progrès de l’espérance de vie ont entraîné l’augmentation rapide du nombre de personnes de plus de 65 ans. L’âge de la retraite a été régulièrement abaissé, de sorte que la France est le pays qui, en Europe, a le plus faible taux d’activité pour les plus de 55 ans. Ces « jeunes vieux » bénéficient de rentrées financières régulières et de temps libre. Comme les jeunes dans les années 1960, ils forment eux aussi un nouveau marché prospecté par les industries de loisirs. De plus en plus nombreuses (4,5 millions en 2000), les personnes de plus de 75 ans tendent à former désormais un « quatrième âge », dont la prise en charge impose la recherche de nouvelles formes de solidarité entre les générations.

V – De 40 à 60 millions de consommateurs

1) Des cadres de vie renouvelés

• Un peu plus de la moitié des Français vivaient en ville au lendemain de la guerre, les trois quarts aujourd’hui. Depuis 1975, la population rurale s’est toutefois stabilisée. La croissance des grandes agglomérations s’est ralentie au profit des banlieues et surtout des communes rurales périurbaines où résident désormais plus de 10 millions de personnes.
• En 1954, la campagne de l’abbé Pierre en faveur des « mal-logés » révèle la crise du logement qui sévit depuis l’entre-deux-guerres. Sous l’impulsion des pouvoirs publics, la construction de logements s’accélère, au rythme de 400 000 par an de 1964 à 1979. Le parc de logements sociaux (HLM) passe de 300 000 à 4,2 millions d’unités dans la période. Edifiés dans le cadre des ZUP, les grands ensembles HLM ont permis d’introduire le confort moderne, ce qui représentait un progrès à l’époque. Puis ce type d’habitat, vite dégradé, est remis en cause à partir des années 1970.
• 56 % des Français sont aujourd’hui propriétaires, contre 35 % en 1954. Plus d’un ménage sur deux réside dans une maison individuelle. Le confort domestique s’est nettement amélioré : au début des années 1960, 71 % des logements étaient démunis de douche ou de baignoire, et 60 % de WC intérieurs, contre respectivement 2,3 % et 3,5 % d’entre eux en 1999.

2) L’essor de la consommation de masse

• De 1960 à 1973, la consommation progresse de 5,3 % par an. La crise l’a ralentie sans l’interrompre (1,7 % entre 1986 et 1993). Tous les postes du budget des ménages ont ainsi fortement augmenté, mais la structure de ce dernier s’est modifiée.
• L’entrée dans la société de consommation transforme les modes de vie. Le seuil des 50 % des ménages équipés est franchi en 1965 pour les réfrigérateurs, en 1966 pour l’automobile et la télévision, en 1968 pour le lave-linge et en 2000 pour… les téléphones portables. En 1968, la télévision s’ouvre aux spots commerciaux ; quatre ans plus tard, la « mère Denis » devient une star du petit écran en assurant la promotion des machines à laver Vedette.
• La consommation de masse n’a certes pas gommé les inégalités sociales. Elle a toutefois contribué à une certaine uniformisation des modes de vie tout en élargissant la possibilité des choix individuels.

3) La société de loisirs

• La baisse de la durée du travail et l’allongement de la vie ont augmenté la part du temps libre. On estime qu’un homme consacrait en 1900 le quart de sa vie entière à travailler, contre seulement 8 % seulement aujourd’hui.
• Les loisirs ont cessé s’être l’apanage d’une élite sociale. Bien qu’ils aient été institués en 1936, les congés payés (deux semaines) n’entrent vraiment dans les mœurs qu’au lendemain de la guerre. 20 millions de Français partent en vacances en 1966 contre 8 millions en 1951. Le nombre de semaines de congés payés passe à trois en 1956, à quatre en 1969 et à cinq en 1982. La part des Français qui partent en vacances s’élève de 43 % en 1964, à 57 % en 1985.
• Activité de week-end par excellence, le tiercé devient le loisir n° 1 des Français dans les années 1960. A partir des années 1970, il est de plus en plus concurrencé par le bricolage et le jardinage, ainsi que par la pratique du sport « de loisir » qui, contrairement au sport de compétition, s’adresse à tous et non plus seulement aux jeunes.

VI – La culture de masse

1) Un plus large accès à la culture

• Les jeunes français fréquentent plus longtemps l’école. En 1959, l’âge de la scolarité obligatoire est porté de 14 à 16 ans. Resté longtemps socialement très élitiste en dépit de sa gratuité, l’enseignement secondaire s’ouvre au plus grand nombre à partir des années 1960. L’école primaire cesse d’être l’école que l’on quittait après le certificat d’études pour entrer dans la vie active. Le collège unique est progressivement institué : 2354 collèges sont édifiés entre 1965 et 1975, un par jour ouvrable ! La part des bacheliers dans une classe s’élève de 5 % en 1950 à plus de 60 % aujourd’hui. Les effectifs de l’enseignement supérieur sont multipliés par 20 de 1950 à 2000.
• Les diplômes se sont banalisés, mais le « niveau » scolaire de la population a bel et bien augmenté. Le collège unique ou les ZEP n’ont toutefois pas permis de réduire les inégalités sociales devant l’école.
• L’Etat a cherché à faciliter l’accès à la culture. Ministre des Affaires culturelles du général de Gaulle, l’écrivain André Malraux crée les « Maisons de la culture ». Les présidents de la Ve République lancent des grands projets architecturaux (Centre Georges-Pompidou, Grand Louvre, Opéra-Bastille, etc.).

2) Des pratiques culturelles diversifiées

• La culture de masse s’est répandue en France bien avant la diffusion du modèle américain. Loin d’engendrer l’uniformité, elle s’est accompagnée d’une diversification croissante de l’offre et des pratiques culturelles.
• Les Français consacrent de moins en moins de temps à la lecture, mais le marché du livre n’a cessé de s’étoffer grâce au livre de poche (1953) et à la grande distribution. En dépit du succès de France-Soir après la guerre, le tirage de la presse parisienne a constamment régressé au profit de la presse provinciale et, notamment, de la presse spécialisée. L’écran informatique devient un nouveau support de lecture, surtout chez les plus jeunes. Plus d’un ménage sur quatre était déjà équipé d’un micro-ordinateur en 2001.
• Jusqu’au début des années 1960, la radio reste le principal support de la culture de masse. Familiale et collective, l’écoute de la radio s’individualise avec le transistor, ce qui lui permet de devenir le média préféré des 15-20 ans. Depuis les années 1980, la privatisation de la bande FM a contribué à diversifier les programmes et à segmenter les publics.
• Du vinyle au CD (1982), le disque est devenu un produit de consommation courante (7 millions de disques vendus en 1948, 41 millions en 1963 et jusqu’à 153 millions en 1978). Loin de monopoliser le marché français, les variétés anglo-saxonnes ne représentaient que 11 % des ventes de disques en France en 1974, contre 20,5 % pour la musique classique et 42 % pour la variété française.
• Le cinéma connaît sa période faste dans l’après-guerre avec un record de 421 millions d’entrées en 1947. Il doit affronter ensuite la concurrence de la télévision, du magnétoscope et du DVD (116 millions d’entrées en 1992). Un regain de fréquentation des salles obscures est récemment intervenu grâce aux multiplexes.
• Durant la décennie 1960, la proportion de foyers équipés d’un téléviseur passe de 13 % à 70 %. La télévision est devenue un média d’information et de divertissement plus qu’un outil de culture. La privatisation puis la numérisation des chaînes accentuent la tendance à juger de la valeur d’un programme seulement à son audience. Mais, comme pour la presse et la radio, la gamme des émissions s’est élargie pour coller au plus près des attentes des téléspectateurs.

VII – Religions et croyances

1) Etre catholique en France

• Le catholicisme reste la religion de la majorité des Français. L’Eglise catholique a cependant perdu une grande partie de son emprise sur la société. Le nombre de prêtres a été divisé par deux de 1960 à 2000 (de 50 000 à 26 000). De nos jours, moins de 10 % des catholiques assistent au moins une fois par mois à la messe dominicale, contre 32 % en 1946.
• La plupart des catholiques sont aujourd’hui des pratiquants « saisonniers » pour lesquels les rites religieux se réduisent aux grands évènements familiaux (baptême, mariage, enterrement) et à la célébration des grandes fêtes (Noël, Pâques). A peine plus de la moitié des enfants (52 %) sont aujourd’hui baptisés contre encore 92 % en 1960.
• L’exode rural a fait disparaître les vieilles terres de chrétienté. L’évolution des mœurs, en décalage par rapport aux prescriptions de l’Eglise (notamment celles qui sont relatives à la contraception) a pu éloigner bon nombre de catholiques d’une fréquentation plus assidue des lieux de culte.

2) Les religions minoritaires

• Avec cinq millions de fidèles, l’islam est la deuxième religion de France. La pratique de la religion musulmane est un facteur d’intégration à la société française. Les courants islamistes sont très minoritaires. Les fidèles sont regroupés dans des associations liées à leur pays d’origine, dont les rivalités (Maroc et Algérie) ont retardé la création d’instances représentatives. Institué en 2003, le Conseil français du culte musulman doit contribuer à faire de l’islam en France un islam de France.
• Les diverses Eglises protestantes regroupent près d’un million de fidèles. Les protestants se distinguent désormais surtout des catholiques par une approche plus libérale des questions de mœurs.
• Les effectifs de la communauté juive, renouvelés à la fin de années 1950 par l’arrivée des juifs d’Afrique du Nord, sont passés de 200 000 en 1945 à 600 000 de nos jours.
• Conséquence de l’immigration en provenance d’Asie du Sud-Est depuis les années 1970, la France compte 400 000 bouddhistes. La popularité du dalaï-lama et l’attrait pour les formes de spiritualité orientales ont récemment encouragé plusieurs dizaines de milliers de conversions au bouddhisme.

3) Le XXIe siècle sera-t-il religieux ?

• Depuis les années 1960, la sécularisation de la société s’est accélérée. La religion tend à être refoulée dans la sphère de la vie privée. La pratique religieuse s’est individualisée. La baisse de la pratique témoigne de la perte d’influence des autorités religieuses, mais pas forcément d’un recul de la croyance. Les voyants et les astrologues ont ainsi prospéré sur le terrain laissé libre par le recul des religions institutionnelles.
• Les grandes confessions connaissent toutefois depuis les années 1970 un certain réveil religieux. Des fidèles de plus en plus nombreux souhaitent pouvoir professer ouvertement leur foi. Le port d’insignes religieux a ainsi fait rebondir le débat sur la laïcité qui, jusqu’aux années 1980, portait surtout sur le financement par l’Etat de l’enseignement privé catholique (loi Debré de 1959). Pour certains défenseurs de la laïcité, le port d’insignes religieux ouvrirait la voie à un communautarisme contraire aux valeurs de la République, et, dans le cas du foulard islamique, porterait atteinte aux droits des femmes. Pour d’autres, il relève de la liberté de conscience. Le président Jacques Chirac a proposé une loi sur l’application du principe de laïcité, votée en 2004.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coursbac.forumactif.com
 
Economie, société, et culture en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Culture de la Mort,une caractéristique de notre société
» Pourquoi la culture occidentale a -été-elle produit l'athéisme ?
» Dominique Lestel, Les origines animales de la culture
» Nature et Culture
» Une nouvelle section "Economie théorique" devrait bientôt être créée au CNU.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cours Terminale S :: Cours Terminale S :: Histoire-
Sauter vers: