Cours Terminale S

Ce forum est une aide aux révisions du bac S. Il est en cours de construction, merci de me faire partager vos idées pour améliorer ce forum.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SIDA et système immunitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khast
Admin


Messages : 55
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: SIDA et système immunitaire   Lun 7 Déc - 20:33

SIDA et système immunitaire


Le SIDA, ou Syndrome d’Immunodéficience Acquise, est une maladie dont les premiers cas ont été diagnostiqués en 1981. Cette maladie touche le système immunitaire. Elle se traduit par le développement d’une immunodéficience révélée par l’apparition de différentes maladies dites opportunistes. Celles-ci sont provoquées par divers agents microbiens, dont les effets sont habituellement contrôlés par le système immunitaire. L’agent responsable du SIDA, identifié dès 1983, est le VIH ou Virus de l’Immunodéficience Humaine.

I – Le VIH, un rétrovirus

· Un virus est un agent susceptible d’infecter une cellule dans laquelle il se multiplie : c’est un parasite intracellulaire. En dehors de la cellule, il apparaît sous forme de particules virales de petite taille, inertes au plan métabolique. Ces particules, comprennent une coque protéique qui renferme le génome viral, dont le support est un acide nucléique. Ces particules assurent ainsi seulement le transport du génome d’une cellule à une autre.
· Le VIH appartient à un type de virus particulier, les rétrovirus, caractérisés par un matériel génétique de type ARN associé à une enzyme essentielle à la multiplication intracellulaire du virus, la transcriptase inverse. La coque, ou capside protéique, est, dans le cas du VIH, entourée par une enveloppe, formée d’une bicouche de lipides, dans laquelle sont intégrées des protéines.
· Le VIH est transmis par voie sexuelle, par voie sanguine ou de la mère à l’enfant (transmission materno-fœtale), les particules virales étant transportées par les liquides biologiques, sang ou sperme.

II – Les cellules cibles du VIH

· L’infection par le VIH détermine le développement d’une immunodéficience, marquée notamment par la diminution graduelle d’une population de cellules immunitaires, les lymphocytes T4. Ceux-ci constituent un type particulier de lymphocytes, ainsi appelés du fait de la présence dans leur membrane d’une protéine particulière, la protéine CD4. Cette protéine se retrouve dans la membrane d’autres cellules immunitaires, les macrophages.
· Les observations au microscope électronique montrent que ces deux types de cellules peuvent être infectés par le VIH : elles en constituent des cellules cibles. L’infection conduit à la destruction des lymphocytes T4 dont le nombre décroît peu à peu. Les macrophages peuvent constituer de véritables réservoirs de virus, notamment dans les ganglions lymphatiques où ils sont particulièrement abondants.
· L’entrée du virus dans la cellule cible fait intervenir la protéine membranaire CD4 sur laquelle le virus s’amarre grâce à une protéine de son enveloppe.

III – La multiplication des particules virales

· La reconnaissance entre protéines CD4 et protéines de l’enveloppe virale conduit à la fusion de l’enveloppe du virus avec la membrane cellulaire. Les molécules d’ARN, ainsi que les enzymes virales, dont la transcriptase inverse, se trouvent alors dans le cytoplasme de la cellule cible. La structure de la particule virale, observée dans le milieu extracellulaire disparaît.
· La transcriptase inverse transcrit l’ARN viral en ADN ; l’orientation habituelle de ce flux d’information génétique, de l’ARN vers l’ADN, est à l’origine du terme « rétrovirus ». L’ADN est alors intégré au génome de la cellule hôte ; son expression engendre par transcription de nouvelles molécules d’ARN. La traduction de celles-ci produit des protéines. ARN et protéines s’assemblent en de nouvelles particules virales. Cette expression du génome viral nécessite des matériaux (nucléotides, acides aminés,…), des outils (enzymes, ribosomes) et de l’énergie, qui proviennent de la cellule parasitée. Une fois formées, les particules virales quittent la cellule par bourgeonnement, ce qui donne naissance à leur enveloppe lipidique. Leur prolifération et leur libération hors de la cellule cible peuvent provoquer la mort de celle-ci.
· Après libération, les particules virales sont disséminées ; elles sont abondantes dans le sang, notamment dans les stades précoces ou au contraire tardifs de l’infection, ce qui se marque dans les deux cas par une charge virale élevée. Ces particules peuvent aussi se retrouver en abondance dans les organes lymphoïdes, alors que la charge virale plasmatique apparaît plus faible.

IV – De la contamination au SIDA

1) La primo-infection

· L’entrée du VIH dans l’organisme par voie muqueuse (contact sexuel, accouchement) ou sanguine (toxicomanie) est suivie dans un premier temps par une augmentation importante de la charge virale, traduisant une réplication intense du virus et sa dissémination dans l’organisme. Cette prolifération détermine une infection aiguë, dont les symptômes sont ceux d’une maladie virale bénigne, évoquant parfois ceux d’une grippe, mais passant même parfois inaperçus.
· Cette phase provoque une intense réaction immunitaire de l’hôte, qui conduit notamment à l’apparition de molécules, ou anticorps, spécifiquement dirigés contre les protéines virales, et que l’on pourra déceler. Cette apparition correspond à la séroconversion, qui marque le début de la séropositivité (le sujet étant alors dit « séropositif » pour le VIH). La période qui la sépare de l’infection initiale est généralement inférieure à trois mois.
· Le dépistage repose dans un premier temps sur l’utilisation des tests ELISA basés sur la réalisation in vitro d’une réaction de type antigène-anticorps, révélée par une activité enzymatique. Des résultats positifs conduisent à effectuer un test de type Western Blot, seule confirmation reconnue légalement en France. Chez les individus infectés, il est important de suivre l’évolution de la charge virale qui peut être estimée par la mesure de l’ARN viral plasmatique.
· La primo-infection correspond donc à la période s’étendant de l’entrée du virus à l’apparition des mécanismes immunitaires spécifiques.

2) La phase asymptomatique

· La diminution de la charge virale dans le sang, en fin de primo-infection, révèle la mise en jeu de mécanismes immunitaires. Il en résulte une phase dite asymptomatique de durée variable, pouvant s’échelonner de un à plus de dix ans.
· L’infection par le VIH provoque une augmentation d’un autre types de lymphocytes nommés T8 en raison d’une protéine membranaire particulière, la protéine CD8 ou encore appelés lymphocytes cytoxiques du fait de leurs capacités à détruire d’autres cellules. Certains de ces lymphocytes T8 sont spécifiquement dirigés contre des cellules infectées par le VIH, dont les lymphocytes T4 contaminés, qu’ils détruisent. La mise en jeu de ces lymphocytes T8 explique la diminution de la charge virale mesurée dans le plasma. Leur activité contrôle pendant un temps la prolifération du virus marquée par une libération quotidienne importante et un renouvellement régulier des particules virales. L’activité des lymphocytes T8 peut être accrue par une augmentation de leur production.
· Cette phase asymptomatique ne correspond donc pas à une phase de latence pendant laquelle le virus ne s’exprimerait pas, mais à une infection chronique très active limitée en permanence par des réactions immunitaires importantes, auxquelles le virus finit cependant par échapper.
· L’infection par le VIH se traduit à long terme par une diminution constant des lymphocytes T4, dont le nombre devient inférieur à 200 par microlitre (valeur normale 1 200). Cette évolution reste mal comprise : elle traduit d’une part une destruction accrue des cellules. Etudiés in vitro, les mécanismes restent mal identifiés in vivo, le virus pouvant agir directement sur les cellules ou provoquer indirectement la mort de lymphocytes pourtant non infectés. Cette destruction plus rapide des T4 n’est pas compensée par une production accrue, ce qui peut suggérer des atteintes affectant les cellules précurseurs des lymphocytes. La diminution importante des lymphocytes T4 observée pendant la phase aiguë pourrait aussi résulter d’une séquestration plus importante de ceux-ci dans les ganglions lymphatiques, sièges des réactions immunitaires, au détriment de leur nombre dans le sang.

3) La phase symptomatique

· L’évolution de l’infection peut alors conduire à la phase symptomatique qui signe le déclenchement de la maladie SIDA. Celui-ci est en effet défini en France par l’apparition de différents signes cliniques liés au développement de certaines pathologies opportunistes (comme les candidoses bronchiques ou pulmonaires, le sarcome de Kaposi ou la tuberculose pulmonaire). La charge virale augmente à nouveau dans le sang jusqu’au décès.
· Les progrès thérapeutiques observés ces dernières années offrent sans doute des perspectives intéressantes mais limitées du fait de leur coût aux pays développés, et qui ne sauraient de toute façon remplacer la prévention, seule stratégie réellement efficace aujourd’hui pour enrayer le développement de l’épidémie.

Le SIDA est donc une maladie grave qui touche le système immunitaire. La réplication du virus nécessite impérativement des cellules hôtes. La réalisation des différentes étapes de son cycle fait intervenir un ensemble d’interactions moléculaires.
L’entrée du virus repose sur des reconnaissances entre molécules (membrane de la cellule et enveloppe du virus).
La production de nouvelles particules nécessite l’activité des enzymes virales.
Tous ces mécanismes font l’objet d’études attentives en recherche médicale. Leur compréhension est la condition des progrès à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coursbac.forumactif.com
 
SIDA et système immunitaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le système immunitaire des astronautes est affaibli
» Découverte : nouvelle molécule dans le système immunitaire.
» Système immunitaire des martiens
» Nouvelle technique pour renforcer le système immunitaire.
» Une meilleure compréhension du système immunitaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cours Terminale S :: Cours Terminale S :: Sciences de la Vie & de la Terre :: Immunologie-
Sauter vers: