Cours Terminale S

Ce forum est une aide aux révisions du bac S. Il est en cours de construction, merci de me faire partager vos idées pour améliorer ce forum.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Asie orientale, aire de puissance en expansion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khast
Admin


Messages : 55
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: L'Asie orientale, aire de puissance en expansion   Sam 5 Déc - 16:00

L’Asie orientale, une aire de puissance en expansion


I – Une aire de puissance « récente » et dynamique

1) Une croissance économique spectaculaire

• Des années 1960 au milieu des années 1990 émerge, puis s’affirme, une aire de croissance économique qui s’étend du Japon jusqu’à Singapour. Elle intéresse la Corée du Sud, Taiwan, des régions dispersées dans les îles et les péninsules de l’Asie orientale, notamment en Thaïlande et en Malaisie. Elle englobe maintenant le littoral chinois.
Cette aire a affiché des taux de croissance très forts, d’abord au Japon, puis dans le reste du domaine (7,2 % par an en moyenne pour la Corée du Sud et Singapour de 1965 à 1995). Un ralentissement s’est produit après 1990, aggravée par une crise en 1997, mais le domaine a été très inégalement affecté, et la croissance s’est maintenue ou a repris (taux de croissance de la Chine en 2003 : 9 %).
• Ce processus de développement rapide et puissant a marqué le vocabulaire. Bien qu’il n’intéresse qu’une partie du continent, on a parlé de « miracle asiatique » ; c’est dans cette aire qu’a été employé pour la première fois le concept de « nouveau pays industriel » (NPI) ; de façon plus imagée, ces pays ont été qualifiés de « dragons » ou de « tigres ».
• Au cours de cette période, la région a accru son poids et sa présence sur les marchés de la planète. Elle effectue environ 1/5 des exportations mondiales, notamment pour des produits des industries manufacturières : ceux-ci représentent près de 85 % de leurs exportations. Malgré la diversité des situations, les niveaux de vie ont augmenté de façon sensible par rapport au reste du monde.

2) Un élément majeur de la réussite : l’industrie

• Plus que d’autres aires de puissance, celle de l’Asie orientale a une activité industrielle importante. On a pu dire qu’elle est déjà, et sera de plus en plus, « l’atelier du monde ».
• Tous les types d’industrie y sont représentés, depuis les industries lourdes (constructions navales, sidérurgie), jusqu’aux fabrications de matériel informatique. Dans tous ces domaines, on utilise des technologies de pointe, comme le montre le développement de la robotique.
• Les industries motrices se sont succédé dans le temps. Au cours du processus, chaque pays a adopté des industries qui ont profité d’avantages comparatifs pour impulser son décollage, avant d’être relayées par d’autres.

3) Des relations intenses et multiples

• L’importance des flux entre les pays qui constituent l’aire est un aspect fondamental de sa définition. C’est la vive croissance qui a généré des flux de tous types maritimes, aériens, de télécommunications). Ils ont été rendus possibles par la construction d’importantes infrastructures modernes.
• On retrouve une structure semblable en « hubs and spokes » dans tous les types de flux et tous les modes de transports. Des carrefours majeurs assurent les contacts avec les flux mondiaux et les redistributions à l’intérieur de l’Asie. L’Asie orientale contient à la fois les premiers ports du monde pour le trafic d’ensemble et celui des conteneurs (Singapour, Hong Kong, Kaohsiung, Pusan, les grands ports japonais de la Mégalopole) ; quelques aéroports majeurs ; un réseau de Bourses bien reliées entre elles par des télécommunications de tous types, câbles sous-marins comme satellites.

II – L’émergence et l’expansion de l’aire de puissance asiatique

1) Le Japon, précurseur

• Comprendre l’évolution du Japon est très important pour analyser l’aire asiatique. Le Japon est entré relativement tôt ans la voie de la construction d’une économie industrielle moderne. On date cet avènement de la « période du Meiji ». Dès le début de cette ère nouvelle, les structures féodales se sont adaptées et traduites dans la genèse de grandes firmes industrielles et financières, les zaibatsu.
• C’est après la Seconde Guerre mondiale que le Japon a pris un essor décisif. Il est rapidement passé, pour les Etats-Unis, du statut de vaincu surveillé à celui d’allié et de partenaire économique privilégié, car il paraissait capable de constituer un obstacle au développement du communiste qui s’étendait en Asie continentale. Du milieu des années 1950 aux années 1980, le Japon a connu une phase de « haute croissance ». Les années 1990 ont marqué un ralentissement qui amène certains à parler de crise du modèle japonais.

2) Les bases de la puissance japonaise

• Les grands acteurs du développement, firmes et Etats, ont réalisé une synergie efficace. L’économie est dominée par des grandes firmes, les Keiretsu, qui réalisent des concentrations du type conglomérat. Les firmes industrielles sont soutenues par le secteur bancaire et appuyées par de grandes firmes commerciales, les Sogo-Shosha. L’intervention de l’Etat est souple, mais efficace. Le MITI joue un grand rôle dans l’information des firmes et les négociations internationales. Les grandes firmes utilisent le travail d’une multitude de petites entreprises qui leur sont subordonnées. Les conditions de travail et de rémunération y sont très inférieures.
• Les caractères socioculturels du pays ont aussi un rôle important. On insiste souvent sur la valorisation du consensus et du travail qui assure un attachement des travailleurs à leur entreprise. Une certaine frugalité, une faiblesse relative des systèmes de retraite et de protection sociale sont des facteurs de taux d’épargne très élevés, favorables à l’investissement.

3) La diffusion du modèle japonais

• La diffusion de l’économie moderne à partir du Japon a joué un rôle essentiel dans la formation même de l’aire de puissance asiatique. Le processus de base a été le besoin de main-d’œuvre qu’il a fallu chercher de plus en plus loin du centre japonais au fur et à mesure de la transformation économique et sociale des pays les premiers affectés.
• Ainsi s’est formée une structure en cercles concentriques autour du Japon : un premier cercle comprenant la Corée du Sud, Taiwan, Singapour et Hong Kong, alors cité-Etat extérieure à la Chine ; un second cercle avec la Malaisie, la Thaïlande et une partie de l’Indonésie et des Philippines ; c’est dans une troisième étape que la Chine littorale s’est intégrée au système spatial. Elle a bénéficié des investissements des Chinois d’Outre-mer attirés par des perspectives offertes et par les avantages consentis par le gouvernement chinois.
• Le rôle des Etats-Unis a aussi été considérable ; ils ont ouvert leur marché et ont investi dans cette région qui était considérée comme un cordon de protection bordant les Etats communistes.

III – Quelle intégration régionale de l’Asie orientale ?

1) La diversité des chemins et des structures

• Les chemins vers la modernité ont été très différents selon les situations antérieures et les caractères des espaces. Les cités-Etats, Singapour et Hong Kong (avant son retour à la Chine avec un statut spécial en 1997) ont profité de l’accumulation de capitaux due à leur activité commerciale pour investir massivement dans des fabrications modernes ; le rôle de grandes compagnies multinationales y est important. La Corée du Sud a imité de très près le modèle japonais, avec le développement de grandes sociétés à l’image des Kereitsu, les « Chaebols ». A Taiwan, le tissu industriel est fait d’une grande quantité d’entreprises petites et moyennes. La Chine, depuis l’ouverture de son économie, surtout sur son littoral, a bénéficié d’investissements étrangers massifs.
• L’organisation de l’espace diffère d’un pays à l’autre. Cependant, l’évolution économique et la croissance démographique ont provoqué partout la formation de fortes concentrations d’activités, dans des aires déjà densément peuplées. Partout les ports jouent un rôle attractif majeur. En Corée, un couloir de développement relie les villes-ports de Séoul et Pusan, en passant par Taegu et Taejon, quatre villes millionnaires qui totalisent 20 millions d’habitants. A Taiwan, les trois ports de la côte Ouest sont chacun au centre de zones d’industrie diffuses. Les centres majeurs sont plus espacés sur la côte chinoise.

2) Le « circuit intégré asiatique »

• Les différents pays sont de plus en plus intégrés dans un circuit qui porte au maximum l’efficacité de la production. Ce sont les grandes firmes qui ont organisé les échanges et diversifié les implantations des fabrications. Les composants des matériels électroniques, par exemple, circulent d’un pays à l’autre, et aboutissent dans les usines de montage. Cette organisation a pour conséquence une augmentation constante des échanges internes à la zone ; ils représentaient 25 % du commerce extérieur vers 1970, et plus de 50 % depuis 1995. L’électronique représente 45 % de ces mouvements.
• Selon les stratégies des firmes et les conjonctures, la répartition des activités change très rapidement. Cependant, la Chine littorale hors de Hong Kong garde encore des traits de « pays atelier », alors que dans les autres Etats de l’aire les activités de conception jouent un grand rôle, associées à la production de haute technologie. Les périphéries de l’aire de puissance sont importantes comme pays ateliers et comme sources de matière premières.


3) Une aire culturelle ?

• Dans une certaine mesure, on peut considérer que l’aire de puissance coïncide en partie avec une aire culturelle. On a cherché les caractères communs de l’organisation et de la culture des sociétés qui pourraient expliquer la rapidité de la modernisation économique. Pour bien des auteurs, on peut reconnaître l’existence d’un « asiatisme » fondé avant tout sur un système de valeurs très différentes de celles de « l’Occident ».
• Ces caractères socioculturels ont souvent été mis en relation avec la culture « confucéenne », notamment à cause du rôle qu’elle attribue à la collectivité et au savoir. Mais l’importance de ce phénomène fait l’objet de vives discussions.

IV – Une aire asiatique vulnérable

1) Le modèle en question

• Des crises graves ont souligné les limites du système économique asiatique. La crise japonaise de 1990, liée à l’éclatement de la « bulle spéculative », a été suivie d’une décennie de croissance ralentie. Elle a été un facteur de la crise financière, partie de Thaïlande en 1997, qui a entraîné des perturbations économiques et sociales dans toute la région.
• Les origines de ces difficultés font l’objet de vives discussions parmi les économistes, mais les avis convergent sur quelques points : la critique d’une valorisation du profit à court terme, qui conduit à des investissements à rentabilité incertaine, à des spéculations immobilières notamment, rendues possibles par un système bancaire qui a consenti des prêts imprudents (« mauvaises dettes »), et par des liens de complicité entres les décideurs politiques et financiers.
• Mais il semble que bien des prévisions pessimistes suggérées par ces crises aient été exagérées. Des taux de croissance non négligeables ont été retrouvés dès les années 2000.

2) Particularismes politiques et tensions

• Sauf en Chine, les régimes sont de type démocratique, mais les situations politiques sont différentes. Au Japon, le parti libéral démocrate semble usé par des décennies au pouvoir ; en Corée du Sud et à Taiwan, la démocratie a succédé à des périodes de dictature, avec des évolutions parfois chaotiques. A Singapour, un parti unique assure la pérennité du pouvoir de la famille de Lee Kuan Yew, Premier ministre pendant 30 ans. La Chine a un régime autoritaire, avec domination du Parti communiste. Le pouvoir du gouvernement central doit cependant composer avec les autorités provinciales. La coexistence de l’autoritarisme politique et d’une libéralisation économique a une certaine efficacité économique et un pouvoir attractif pour les investisseurs internationaux.
• La disparité des régimes politiques n’est pas favorable à la mise en place de structures de coopération économique et à la solution des conflits. Le plus important concerne les rapports entre la Chine et Taiwan. La première considère Taiwan comme une province qui doit un jour revenir dans le giron de la République populaire de Chine, fût-ce avec un statut spécial, comme celui de Hong Kong. Les forces qui souhaitent le maintient de l’indépendance de Taiwan sont bien implantées dans l’île.
• Des conflits territoriaux opposent tous les Etats bordiers de la mer de Chine méridionale à propos du contrôle des îles qu’elle contient. Enfin, les anciennes colonies du Japon, Taiwan et la Corée, gardent de mauvais souvenirs de l’occupation, et les relations sont régulièrement empoisonnées par l’évocation de ce passé…

3) Acuité des problèmes de l’environnement

• Les très fortes densités de population, en particulier sur des bandes côtières étroites, ont conduit à une forte artificialisation des milieux. Elle favorise notamment la pollution des airs et des eaux.
• Cette densité est aussi un facteur aggravant des effets de deux fléaux naturels, les séismes et les typhons. Les premiers sont particulièrement fréquents dans les guirlandes insulaires, comme au Japon, mais ils affectent tout le domaine, y compris la Chine continentale. Les seconds peuvent atteindre toutes les côtes de la région et y provoquer des dégâts considérables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coursbac.forumactif.com
 
L'Asie orientale, aire de puissance en expansion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Asie orientale
» Nouvelle question de géo...
» La classification des langues en familles et macro-familles, avec une attention particulière portée aux langues d'Asie Orientale et d'Asie du Sud-Est
» Expansion du Mataf (aire de Tawaf) à la Grande Mosquée de la Mecque
» Semoule Orientale (recette rapide)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cours Terminale S :: Cours Terminale S :: Géographie :: Cours.-
Sauter vers: